Communes

Domazan

Domazan

Maire :
Louis DONNET
Population :
946 habitants
Superficie :
1142 hectares
Altitude :
72 m (Mairie) altitude mini : 35 m

Logo de la commune Domazan

La mairie

Adresse :
2 Avenue des Miougraniers
30390 Domazan
Téléphone :
04 66 57 03 28
Fax :
04 66 57 09 74
Email :
mairie-domazan@wanadoo.fr
Site web :
http://www.domazan.fr
Horaires d'ouverture au public :
Du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 16h30

Le samedi de 9h à 11h45

Situation géographique

Domazan est un village du Languedoc-Roussillon dans le département du Gard. Il se situe à mi-distance entre Nîmes et Avignon mais possède néanmoins le charme et la poésie du paysage provençal. Entourée de coteaux, l'agglomération s'étale dans la vallée du Briançon. Le Briançon est un ruisseau qui autrefois traversait tout le village et qui aujourd'hui est souterrain.

Histoire

On retrouve le nom de "Villa Domazanum" dès l'époque gallo-romaine, puis au Moyen-Âge, sous le nom de "Dom Mazan", dont l'étymologie pourrait être : DON, maître ou seigneur et MAZAN, Mas ; le Mas des Seigneurs.

DOMAZAN, situé à mi-distance entre Nîmes et Avignon fait partie du Languedoc Méditerranéen, mais possède néanmoins le charme et la poésie du paysage provençal. Entourée de coteaux, l'agglomération s'étale dans la vallée du Briançon qui quelques fois pique ses colères. Autrefois le Briançon traversait tout le village, recouvert en plusieurs étapes il est donc actuellement souterrain.

Sur les terrasses quaternaires du Rhône entourant Domazan, composées d'un limon sablonneux, recouverts de gros galets communément appelés "fredjaou", on a trouvé des objets taillés dans le silex, premiers outils de nos lointains ancêtres, ce qui laisse supposer que le pays aurait pu être habité depuis l'époque chasséenne: 3500 à 2500 avant J.-C. Des tombes romaines et sarrasines ont été retrouvées et sont encore mises à jour lors des défonce­ments agricoles. Les découvertes les plus intéressantes sont sans aucun doute une statuette de Mercure et un autel votif dédié à Castor, d'un volume important.

À ce jour, la vie est agréable à Domazan, la population composée essentiellement d'agriculteurs a vu son territoire classé en Appellation d'Origine Contrôlée "Côtes du Rhône" en 1923 et, depuis les années 50 elle est résolument tournée vers une politique de qualité, grâce à des efforts permanents et audacieux, les vins sont appréciés en France et à l'étranger.

Quelques caveaux de vente où la dégustation est gratuite réservent le meilleur accueil aux particuliers, amateurs de bons vins. Cependant l'industrie prend essor sur la commune depuis les années 70, dans la zone de Signargues, sans provoquer de déséquilibre, tout en enrichissant l'économie du village.

Patrimoine

LES REMPARTS

Au XIVe siècle, Domazan ainsi que de nombreux villages eurent à souffrir des bandes d'aventuriers qui ravageaient, pillaient et tuaient. La partie septentrionale d'Uzès eut beaucoup à souffrir de leurs forfaits. L'église et le château ne suffisant plus à abriter la population, on décida de construire des remparts (août 1391).Pont Cler et Etienne Rigot se chargèrent des travaux, pour un coût de 461 florins d'or et 4 grosses d'argent. Actuellement à la place des remparts se trouve la place centrale du village entourée de maisons.

L'ÉGLISE

L'Église de style romano-byzantin, fut édifiée au XIIe siècle et connut des épreuves au cours de son histoire. Elle fut brûlée une première fois pendant les guerres de religion lors de l'incendie du village en 1562, lorsque les troupes catholiques furent bousculées par les huguenots du capitaine Bouillargues.

Puis une nouvelle fois au début du XIXe, la foudre s'abattit sur l'édifice provoquant l'effondrement de la voûte. L'église s'est appelée Sainte Marie de Domazan et fut ensuite rebaptisée Notre Dame de Rouvière.

A l'origine le clocher se trouvait sur le côté près du pilier nord, il fut placé en façade après l'effondrement de la voûte dans les années 1880. Devant l'église se trouvait autrefois le cimetière et l'exhaussement du sol fut tel que l'entrée de l'édifice ressemblait à une grotte d'où l'obligation d'en faire le déblaiement pour faciliter l'entrée des fidèles.

A l'intérieur du clocher fut posée en 1818 une cloche, très jolie et très ouvragée qui sonne les heures encore aujourd'hui.

Au XVIe siècle jugeant l'église trop petite on édifia la chapelle de style ogival qui fut dédiée à Saint Blaise et à Saint Sylvestre. La seconde chapelle fut édifiée en 1874.

L'église abrite des tableaux anciens, de valeur :

  • Le Tout Puissant, vieillard tenant le globe orné d'une croisée.
  • Saint François Xavier, patron de la paroisse.
  • Le Vieillard Simon recevant l'enfant Jésus, revêtu de la tunique de bure et ceint du cordon de St François.

LE CHÂTEAU

Le château remonte au XIVe siècle, malgré son emplacement au fond d'une petite cour, imbriqué parmi d'autres maisons.

Il possède néanmoins une architecture intéressante. On entre dans le château par une porte charretière qui donne accès à une cour pavée de galets comme l'était tout le village, jusqu'à la fin de la dernière guerre.

Dans la cour, on peut voir un puits et une pile, datant de l'origine du château, qui servait à réceptionner l'eau pour essentiellement abreuver les chevaux.

La façade présente une certaine ressemblance avec l'architecture mauresque.

Sous le balcon, ajouré de pierres de taille, se trouve une grande porte carrée, la tour est carrée et non crénelée. La partie accolée à la tour de construction plus récente, possède un ornement d'architecture en relief.

L'intérieur présente le type même de l'ancienne maison bourgeoise : escaliers larges, portes imposantes, appartements très hauts, plafonds à la française remarquables pavés en terre cuite, cheminées monumentales.

La superficie était relativement grande puisque les maisons tout autour en faisaient partie : on trouve encore trace des caves d'écuries et même d'un moulin à huile. Au début du siècle, les paysans reconvertis en vanniers à cause de l'anéantissement total des vignobles, s'y réunissaient pour travailler et vendre leurs vanneries, ensemble.

LES MAISONS

Sur une maison particulière. Située en face du bar, la façade a été refaite en prenant soin de conserver les "têtes de Méduses". Méduse était une des Gorgones, filles de Phonos, ses boucles de cheveux représentant des serpents stylisés, parfois la langue tirée parfois avec des ailes. Son regard est joufflu, regard fixe et menaçant. Ce masque de terreur fut souvent représenté sur des armures et figura sur des monuments romains.

LA MAISON DE JEANNE D'ARC

La façade Est était parait-il remarquable mais elle a vu ses sculptures cachées par des constructions modernes. Accolée à cette façade, il reste une voûte sur laquelle se trouve à 2.50m de haut, une coquille Saint-Jacques, sculptée dans la pierre. Cela signifie-t-il comme le relate la légende, la halte des pèlerins de St Jacques de Compostelle à Domazan ?

Sur la façade Nord, on distingue un buste guerrier. À sa droite un cœur, à sa gauche deux tibias croisés surmontés d'une tête de mort. De l'autre côté. Un chevalier brandissant un sabre et au-dessus une niche abritant la statue de Jeanne d'Arc qui a donné son nom à la maison. L'ensemble de ces sculptures grossièrement travaillées dateraient de la Renaissance et auraient été rapportées au cours des siècles.

Artisans et commerçants

Cette carte géolocalise les professionnels inscrits dans l'annuaire des artisans commerçants de la CCPG.